Une démarche du Conseil paroissial d’Echallens 

Il nous a paru important d’approfondir et de repenser notre relation à Dieu.

Au cours de rencontres du Conseil, nous avons cherché à mettre en mots notre foi protestante. La discussion, pour trouver la notion ou les mots qui semblaient correspondre à notre pensée, a été passionnante.

Ce document n’est pas un aboutissement, pas un genre de confession de foi qu’il faut adopter ou repousser en vrac, mais il se veut un tremplin pour provoquer d’autres réflexions.Nous espérons que vous trouverez de l’intérêt à vous mettre en route, seul chez vous ou avec des amis, dans un cheminement permettant de mieux cerner ou actualiser votre foi, tout en restant fidèle au Christ.

Lancez-vous donc, et bon cheminement !

L’amour de Dieu

L’amour de Dieu est premier ; c’est Dieu qui s’approche de l’être humain et se montre à lui en Jésus-Christ. La valeur d’une personne ne dépend ni de ses qualités, ni de ses mérites, ni de son statut social, mais de l’amour gratuit de Dieu, qui donne à chaque être humain un prix inestimable. L’être humain n’a donc pas à se justifier devant Dieu en essayant de lui plaire, mais Dieu accueille chaque humain sans condition. Jésus a vécu une vie pleinement en Dieu, aimant, guérissant l’âme et le corps de ses contemporains, cherchant à les éveiller à l’amour de Dieu.. Aujourd’hui, c’est dans chaque être qui souffre, qui lutte, que le chrétien cherche à discerner le visage du Christ.

La Bible

Les mots de la Bible balisent un chemin de vie, un chemin pour grandir dans sa relation à Dieu, pour soi et pour les autres. Cette relation se veut empreinte de vérité et de compassion. Lire la Bible demande un processus de compréhension marqué par la réflexion et la prise en compte du contexte de vie de chaque auteur. Le Saint-Esprit éclaire et guide le croyant dans cette recherche.

La foi

La foi est une confiance en Dieu, qui se recherche, se pratique et s’approfondit en contact avec d’autres êtres humains. Elle est la réponse humaine à la déclaration d’amour faite à tous par Dieu, dans la parole biblique et en Jésus-Christ. Le doute et la recherche sont inséparables de la foi. Le croyant est appelé à partager sa confiance en Dieu en paroles et en actes, mais toute pression ou manipulation pour forcer quelqu’un à croire s’oppose au message de Dieu.

Libre

Jésus révèle un Dieu qui sort toujours des cadres et des habitudes dans lesquels nous avons tendance à l’enfermer. Jean dit que l’Esprit souffle où il veut. De même, pour suivre Jésus, nous avons le défi de penser, réfléchir, agir avec liberté, liberté qui met l’amour, le respect, la compassion en priorité absolue.

Le baptême et la cène

Le baptême et la Sainte Cène sont des signes de l’amour de Dieu donnés à l’être humain et qui l’aident sur son chemin de foi. Ils sont également signes de l’engagement du croyant à la suite de Jésus. Ces deux sacrements n’ont pas d’efficacité magique, mais ils aident à renouveler la confiance en l’amour de Dieu.

La prière

La prière est adoration, état d’ouverture et de dialogue à la présence vivante de Dieu. La prière est aussi compassion et communion en Dieu avec tout être humain. Elle met en route l’être humain pour qu’il soit présence de Dieu, en actes et en paroles, pour d’autres êtres humains.

Les signes et la puissance de Dieu

Dieu ne se résigne jamais au mal mais cherche à ouvrir des brèches dans les murs où l’être humain s’enferme souvent. Au travers des événements de l’existence et des signes qu’il donne à celui qui l’approche, Dieu veut faire découvrir le pouvoir de la vie et de l’amour, plus fort que tout ce qui anéantit l’être humain.

Le péché et le mal

Nous croyons que le péché n’est pas une force en soi, mais qu’il est une rupture de relation avec Dieu. Il désigne un état de fermeture à Dieu, de perte de confiance en son amour inconditionnel. Alors l’être humain fait le jeu de ce qu’on appelle ‘Forces du mal’, et cette cassure peut mener à différentes formes de mort : fatalisme, résignation, acceptation de l’injustice, du mépris, de la discrimination, rupture de la pratique religieuse. L’être humain ne vit pas dans un monde dualiste où d’un côté tout est bon et de l’autre tout est mauvais, sans cesse tiraillé entre Dieu et le diable. Ce sont ses propres enfermements qui le séparent de la vie en plénitude que Dieu veut lui donner.

Les Eglises

Les Eglises rassemblent dans une même espérance et sous des formes de foi variées tous ceux qui confessent explicitement le Dieu de Jésus-Christ comme celui qui donne sens à leur vie. Les institutions ecclésiastiques sont des réalités humaines, elles peuvent se tromper. En référence à l’Evangile, les Eglises doivent sans cesse porter un regard critique et interrogateur sur leur propre fonctionnement. Chacun doit y prendre sa part de responsabilité et être témoin de la fidélité à la parole divine.

L’oecuménisme et le dialogue interreligieux

L’œcuménisme fait partie de l’identité chrétienne. Vivre l’œcuménisme, c’est reconnaître que Dieu est au-delà des manières de vivre la foi. Dire que Dieu n’est pas la propriété d’une Eglise, c’est accepter de ne pas détenir la vérité. Le dialogue avec les autres est possible si les chrétiens se reconnaissent avant tout frères et sœurs en Christ, au-delà de leurs différences et dans un esprit d’humilité et de respect. Le jugement des cœurs est remis à Dieu seul. Ce dialogue est ouvert aux croyants d’autres religions.

Dire sa foi

Oser dire sa foi avec ses mots nous aide à faire le point sur notre foi.
Se faire lire par un tiers permet de nous assurer de la clarté de nos propos.
Dire avec nos mots, c’est aussi chercher à rester fidèle à la parole du Christ, dans un registre actualisé.