Jeudi 21 septembre 2017

Une seule chose te manque (Luc 18,18-27)


Lire le texte

Il semble bien tout avoir, ce jeune homme qui se présente devant Jésus! Il a un bon statut social, «notable», une quête religieuse et existentielle sérieuse, une bonne moralité, des moyens financiers conséquents. L’homme parfait, sans failles! Et pourtant, il n’arrive pas à faire le pas pour accueillir avec simplicité le royaume dont Jésus est le messager. Que lui manque-t-il donc? Qu’est-ce qui lui fait obstacle à entrer dans ce royaume de gratuité et d’amour? Peut-être simplement l’expérience du… manque! Une seule chose lui manque, et c’est justement le manque… Riche dans tous les domaines, sans failles, sans fractures existentielles, sans manquements, ce jeune homme est trop parfait. Il peut alors compter sur lui-même, sur ses forces, son exemplarité, sur son «faire» pour «posséder» la vie en plénitude. Sa question à Jésus montre qu’il est totalement dans le «faire» et «l’avoir», dans une perspective de réussite de la vie. En cela, il est très moderne! Or, Jésus met le doigt sur le problème: en comptant trop sur lui, il ne peut s’abandonner à la grâce divine. En voulant trop bien faire, il ne peut recevoir de Dieu ce qu’il veut lui donner gratuitement. En cherchant à avoir la vie éternelle, il ne peut «être» dans la gratuité des relations aimantes… Le royaume de Dieu n’est pas quelque chose à posséder, il se reçoit quand on accueille avec «grâce» sa pauvreté, ses failles, ses manques.

Michel Cornuz

Prière: Dieu d’amour, permets-moi de m’accueillir tel que tu m’accueilles, avec mes fragilités, mes failles, mon peu d’assurance, cette pauvreté que tu viens combler par la richesse de ta grâce.  

Référence biblique : Luc 18, 18 - 27

Commentaire du 22.09.2017
Commentaire du 20.09.2017